Avertir le modérateur

06/09/2010

Sa banque et la rentrée.. les repères

Le consommatuer se retrouve avec sa banque et est amener à se poser des questions au vue de son relevé de banque :

  • le découvert n'est pas une obligation pour la banque ni un droit pour le client

  • les frais bancaires sont légaux et seuls les frais de forçage ou frais sur commission d'intervention peuvent faire l'objet d'un éventuel remboursement mais attention ce n'est pas si simple que cela, la remise en cause des frais bancaires repose sur leur montant très élevé

  • la saisie sur compte bancaire a pour objet une créance du titulaire du compte, s'exécute par la banque sur ordre d'un huissier ou du trésor public et les frais imputés sur le compte sont très élevés mais non négociables

  • la clôture d'un compte bancaire est gratuite

  • le transfert d'un compte est gratuit et assuré par la banque du titulaire du compte qui fait transférer son compte

  • plus de date de valeur mais les banques peuvent faire jouer des réserves "risques" sur  la provision d'un chèque et faire patienter le client sur 12 jours maximum

  • le droit au compte implique un moyen de payement par carte bancaire

acabe © septembre 2010

03/06/2009

OUI AUX FRAIS BANCAIRES NON AUX ABUS BANCAIRES

Les clients ne réagissent pas assez en cas d'abus bancaires et les pratiques commerciales qualifiées d'abusives ne sont pas assez diffiusées voire dénoncées. Les conseillers financiers doivent répondre à des impératifs marketing sans se préoccuper des effets pervers qu'ils peuvent provoquer envers leurs clients en ne prenant pas en compte leurs véritables attentes. Des livrets A sont ouverts sans autorisation, des ventes forcées de services inutiles et/ou incohérents avec des ouvertures comme par exemple sur des secteurs prestataires de jardinerie, de vente d'installation "alarme", des frais de découvert prohibitifs dus très souvent à un certain laxisme, des placements inadaptés, du forcing dans l'assurance décès associée à une ouverture d'un PEL, voilà des approches répréhensibles constatées au quotidien. Discuter avec ces conseillers est devenu une démarche difficile, délicate quand on sait qu'en fait leurs pouvoirs sont fort limités. Le recours aux médiateurs est une utopie. La majorité d'entre eux, dépend de leur propre banque alors, où peut se situer l'objectivité à apporter une solution équitable et de plus, là encore on constate que ces médiatieurs ont des latitudes très limitées.

Le principal mot d'ordre est de réaliser du chiffre et encore du chiffre et on oublie totalement la législation bancaire ou pire on ne la connait pas ! Le droit au compte est très souvent bafoué et aucun scrupule quant à laisser son client sans un sous parcequ'il n'a plus de carte bancaire ! On saisit les insaisissables comme le RMI sans scrupule, on tente d'ignorer les décisions de justice alors on contourne, mais dieu merci certains consommateurs ont su être prévoyants en adhérants à des associations spécialisées, on créé un rapport de force en imposant une assurance liée au crédit vendu en y obligeant également la domicilaition de revenus, pression, chantage. Aussi grave, est de constater également leur comportement face aux entreprises, la traçabilité des lignes de crédit sont totalement obscures. Qui peut avoir quoi, combien, quand ? Là encore c'est au bon vouloir de ce fameux conseiller ! Quant à la protection de ces entreprises contre leurs risques d'impayés là encore les banques ne prennent même pas la peine d'analyser les comptes, elles taxent et très très fort. Que faire face à autant d'abus, d'erreurs ? Des rappels à l'ordre devant des textes de lois et une jurisprudence de plus en plus omniprésente, des actions en justice, et peut-être et pourquoi pas des manifestations de consommateurs !

Mai au fait, ne mélangeons pas tous les genres ! Il faut bien évidemment dénoncer les abus de toute sorte aussi bien en placements assurance-vie, qu'en gestion de comptes courant mais si les medias font cas des frais bancaires avec autant de véhémence certes, une telle approche reste positive, mais pour le moins insuffisante en ce sens que le problème ne se situe pas dans le principe même des frais bancaires justifiés par un service proposé et vendu dans leur fondement et en toute légalité mais par une approche pédagogique qu'il faudrait diffuser. C'est-à-dire pourquoi autant de frais bancaires ? Une banque peut coûter cher c'est une réalité légale.

On ne peut que conseiller aux clients de réagir, même si l'enjeu demeure peu conséquent.

Claire Bonny

 

19/05/2008

Des frais bancaires toujours excessifs, les banques coûtent cher au consommateur

1478062027.jpg

On parle à nouveau des frais bancaires, c'est une bonne chose d'informer les consommateurs que les frais bancaires sur les incidents de payement (chèque et/ou prélèvements bancaires) sont désormais règlementés, mais est-ce réellement porteur d'intérêts ? En constatant les échos, nous sommes presque contraints de répondre, un non, mais... !

Parlez des banques gêne, on a le sentiment que peu de personnes sont concernées par des malversations dans le montage de prêts, dans la gestion courante des comptes bancaires, dans les déclarations de perte et/ou de vol de cartes bancaires, alors les medias se détournent et optent pour des sujets plus porteur. Le pouvoir d'achat dont on ne cesse de faire référence est tout même atteint par les abus des banques. Les frais excessifs existent dans d'autres écritures que celles des incidents de paiement. Les banques doivent vivre, certes sur leurs services mais au même titre que des sociétés prestataires.

Prenons comme exemple un cas précis d'un consommateur accédant à la propriété pour un emprunt qui devait s'achever en 2011 et pour qui, à l'heure il reste 20 000 € à payer. Il décide de mettre son bien en vente et dans le même temps il s'engage dans un projet de location-accession d'une maison neuve. Cette maison génère quelques frais d'artisans et notre consommateur s'adresse alors à sa banque pour obtenir un prêt dans l'attente du produit de la vente de son bien initial. Sa propre banque monte alors le dossier et notre consommateur a toute confiance quant à la défense de ses intérêts. Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'il découvre qu'il y a eu inscription d'hypothèque, deux prêts pour un montant global de 65 000 € avec pour chacun des frais de commission soit 2600 €, que le remboursement devait se faire dès que la maison serait vendue et que le remboursement anticipé coûterait 3120.19 € pour un prêt et 515.74 € pour le second et 600 € pour la main levée d'hypothèque !

Il faut rappeler que les frais d'hypothèque sont équivalents à 2% du montant du prêt et le conservateur des hypothèques est rémunéré à hauteur de 0,10% du montant du bien.

Notre consommateur n'a certainement pas été assez informé et n'a pas bien lu également l'ensemble de ses contrats. Encore, faudrait-il que le vocabulaire utilisé soit compréhensible par tout consommateur et que tous les frais annexes soient bien mentionnés !

Ladite maison a bien été vendue, les prêts réglés par anticipation comme prévu et notre consommateur s'est vu ainsi devoir payer 8142 € de frais annexes à cette opération soit 12.5 % !

La toute première question qui vient à l'esprit : la banque défend-elle réellement les intérêts de ses clients ou d'abord les siens ? Etait-il indispensable d'enregistrer une inscription d'hypothèque ? Pourquoi deux prêts pour un montant de 65 000 € par exemple. Le devoir de conseils, d'informations rappelé par une jurisprudence récente semble être fort difficile à appliquer pour ces conseillers en clientèle qui font preuve de "forcing".

Claire BONY

www.acabe.fr

 
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu