Avertir le modérateur

04/05/2008

L'épargne peut-elle réellement sauver le monde ?

1478062027.jpg

Une mode dans l'épargne, des nouveautés pour conforter, stimuler l'épargne. La rentabilité, objectif premier de tout épargnant, mais ce qui semble révolutionnaire réside dans le fait du concept même de cette rentabilité qui œuvre pour des pauvres voire pour sauver la planète ! Placer son argent rapporte à l'épargnant mais peut aussi rendre service à l'humanité. Il existe un marché de l'investissement socialement responsable, des placements qualifiés solidaires ou encore des placements qui proposent une épargne de partage. L'épargne et la bourse peuvent s'orienter là encore vers des associations caritatives ou des ONG et dans cette pespective, attention aux sociétés qui ne respecteraient pas les droits de l'homme, l'environnement ou pire celles qui oseraient faire travailler des enfants. La bourse positionne en quelque sorte sa morale depuis 2001 par la loi nouvelles régulations économiques.

L'épargnant se doit de se renseigner soit auprès de sa banque soit auprès d'une presse spécialisée sur les fonds évalués par les agences de notation sociétale et connaître les entreprises les plus transparentes sur leur gestion. Il existe également une épargne dite solidaire et là on constate un phénomène innovant à travers le rôle de la femme dans cette épargne bienveillante à l'homme, par un investissement dans les fonds solidaires ou le partage des revenus de l'épargne. Les fonds solidaires permettent de soutenir des projets socialement utiles qui trouvent difficilement des financements sur les marchés classiques. Pour y souscrire il faut passer par les clubs d'investisseurs, les sociétés de capital-risque ou par les sociétés financières coopératives. Des femmes ont alors créé des associations comme Racines qui est un réseau d'accompagnement des créations et initiatives avec une nouvelle épargne de solidarité en 1989. Elles mettent en place en 1991 des Clubs locaux d'épargne pour celles qui entreprennent, un outil financier sous le statut juridique de l'indivision. Toutefois, ce type d'épargne solidaire est très risqué car tout repose sur la santé des entreprises.

Une autre forme d'épargne est le don, option plus sécurisante mais il faut offrir au moins 20 % des intérêts à une association qui œuvre pour la protection de l'environnement ou l'insertion professionnelle de personnes en difficulté. C'est ce que l'on appelle l'épargne de partage. Plusieurs choix s'offrent alors à l'épargnant entre le livret, le fonds commun de placement ou l'assurance-vie. Le plus sûr reste le livret et l'épargne est versée à l'Unicef par exemple, et le plus est la déduction fiscale.

Depuis 1995 un label pour finance et solidarité s'impose avec une attribution soumise à des critères de solidarité, de transparence et d'information. Par exemple un investissement solidaire au moins 5 à 10% d'un encours d'épargne collectée, doit financer des projets solidaires. Dans le cas des revenus de l'épargne 25% du revenu sont à verser sous forme de dons à des organismes solidaires et l'organisme gestionnaire est tenu d'informer l'épargnant au moment de sa souscription, du caractère solidaire des fonds.

Les banques se sont mises au développement durable. Janvier 2007 un décret les ont obligées à transformer le Codevi en livret de développement durable. Pour un taux d'intérêt maintenu à 2.75 % le plafond s'élève à 6000 € contre 4600 € pour oublier le Codevi. Actuellement au moins 2% de la collecte doivent financer des prêts pour des travaux d'économie d'énergie dans le bâtiment.

Alors l'ensemble de ces dispositions novatrices, devraient engendrer quelques améliorations pour les plus démunis et une telle valorisation pour les épargnants que l'on souhaite diffuser cette épargne populaire au plus grand nombre.

 Claire Bonny

www.acabe.fr

25/03/2008

L'épargne populaire française et l'Europe

5b7c61a75aef528e2e59c6da45f8f99f.jpg

Le secteur bancaire français inquiet des exigences européennes, Bruxelles impose sa loi. Les livrets épargne sont les préférés des consommateurs français et cette épargne populaire est l'objet d'une réforme. Il serait bon de se rappeler que c'est le Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissement, qui prend en compte la spécificité de certains établissements de crédit appartenant au secteur de l'économie sociale et solidaire. Donc il apprécie l'intérêt de leur action au regard des missions d'intérêt général relevant de la lutte contre les exclusions ou de la reconnaissance d'un droit au crédit. Il s'agit bien d'un élément d'appréciation introduit en 2001 afin de permettre le développement des établissements qui ont vocation à répondre aux besoins des personnes les plus défavorisées. Cette épargne de précaution, dite populaire représente par excellence le fondement, la base accessible à tout âge sans conditions de ressources, d'où son succès puisque plus de 40 millions de consommateurs la détienne.

Une crainte est liée sur la redistribution des sommes épargnées qui sont regroupées par la Caisse des dépôts et consignation qui les redistribue sous forme de prêts aux organismes HLM. Et la réforme prévoit que les banques qui distribueront ce type de livret d'épargne populaire, pourront conserver une partie des sommes récoltées. Etonnant lorsqu'on sait que les banques se débarrassent habilement des petits comptes.

Cette épargne populaire si convoitée par ces mêmes banques, est l'aubaine du logement social en ce sens que l'épargne logement est doté d'un régime spécial prévu par le code de la construction et de l'habitation afin de faciliter l'accession à la propriété.

La banque postale par exemple, avec son livret A doit être maintenue, c'est elle qui permet au plus des 400 000 personnes en difficultés financières de conserver un semblant de sociabilité bancaire.

La France tarde pour Bruxelles après un délai de 9 mois pour banaliser le Livret A, la concurrence oblige.

Claire BONY

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu