Avertir le modérateur

29/04/2008

Oui à l'épargne salariale

aac671016e57804219d448d5ab6281b2.jpg

Difficile de faire jouer réellement la concurrence en matière d'épargne, de placements. Selon les statistiques un salarié sur deux pourrait placer son épargne dans son entreprise. Alors, profitons  des Plans Epargne Logement et/ou Plan Epargne pour la Retraite Collectif, l'entreprise peut augmenter les versements initiaux jusqu'à 300 %.  Si notre employeur propose d'acheter ses actions elle nous applique alors une décote de 20 à 30 %. Formuler des conseils en épargne est toujours délicat, chaque épargne cible ses propores attentes.

De la diversité dans les placements de l'épargne dite alors salariale, qui laisse jouer la sécurité par des produits monétaires, des placements équilibrés sous obligation et actions et un placement dynamique en  majorité sous forme d'actions. Il est possible alors de modifier tout mode de placement sans frais de gestion de cette épargne salariale.

La fiscalité de l'épargne salariale joue également son rôle attractif,  puisqu'à la sortie il n'y a pas de plus-values : seuls les 11 % de CSG-CRDS s'appliquent. C'est l'entreprise qui prend au minimum les frais de tenue de compte à sa charge, les droits d'entrée et les frais de gestion de l'épargne salariale. Là encore autre avantage il est possible de sortir avant le terme du plan de l'épargne salariale. En principe, l'épargne sur un PEE est bloqué 5 ans et le Perco jusqu'à la retraite. Le déblocage d'une épargne salariale anticipé peut s'enregistrer dans le cas d'un mariage, divorce,décès par exemple et pour un PEE et en cas d'achat de la résidence principal pour le Perco.

 Claire BONY

www.acabe.fr

28/01/2008

L'épargne boursière des petits dans le cyclone de la finance de la Société Générale

c51b8c34489d42edd3e37e6d33b21ede.jpgMalheur aux petits dans cette jungle de la finance. L'amalgame entre banque de dépôt et banque d'investissement est au summum de son paroxisme. Petit veut devenir propriétaire ? Oui dit la banque, nous vous proposons des prêts immo à taux variable, des prêts à taux zéro. Petit veut investir ? Oui, nous avons des produitis sûrs comme l'assurance-vie. Petit détient un compte bancaire avec comme principal mouvement son salaire comme bon nombre de français selon les statistiques 1500 €, alors la banque va lui pourrir son quotidien s'il dépasse de peu un découvert toléré ou conventionnel, elle mégote sur une date de valeur, sur des centimes d'euros pour passer un prélèvement ! Sans faire le jeu de la démagogie bien sûr, c'est tellement tentant mais il faut bien reconnaitre qu'il y a confusions dans les rôles.

Si l'on revient à Petit, la banque lui propose avec une aisance incongrue des produits à risques comme par exemple : le taux variable, les sicav dynamiques, en fait des produits dérivés très risqués par leur complexité. Au fait, quel le rôle premier d'une banque ?

Se frotter au monde de la toute puissante finance reste dangereux et pour cause ! Le citoyen profane est tenté de voir son argent se démultiplier rapidement alors, il croit aux dires de son conseiller financier, ou se fie à internet qui facilite l'accès à la bourse par des tarifs attractifs et une cotation en temps réel. En fait, ces enseignes bancaires appliquent les ordres reçus de leur hiérarchie qui leur impose des placements de produits et affublés de noms tous aussi ridicules qu'inutiles en oubliant qu'il s'agit avant tout d'une épargne boursière que l'on veut accessible à tous et pour tous, mais qui, au demeurant reste la symbolique d'un travail humain acquis au fil des années laborieuses et, à ce niveau les banques ne devraient pas s'autoriser à jouer avec l'argent de leurs petits épargnants clients, les risques encourus étant disproportionnés.

La spéculation est un rêve plein d'embuches pour le non professionnel. Aujourd'hui la société générale, demain une autre et de tels agisssements ont souvent été dénoncés mais jamais pris en compte. Un relationnel client des plus critiques (plates-fromes téléphoniques, des 3933, des boîtes vocales à tout va, aucune cellule de communication dans la tourmente de leurs clients épargnants), un manque de professionnalisme dans les produits d'épargne, un manque à une obligation légale de conseils, d'informations, de mise en garde, conformément à une jurisprudence récente de 2006.

Claire BONY

ACABE

24/01/2008

Les petits épargnants de la Societé Générale ont peur..

Aujourd'hui plus que jamais l'épargne des petits est la proie du secteur bancaire et notamment de la Société Générale.

Afin de répondre aux inquiétudes croissantes des épargnants, l'Association Contre les Abus des Banques Européennes : l'ACABE étudie la possibilité de créer un collectif de défense de leurs intérêts.

Si vous êtes concernés veuillez nous contacter acabe.fr

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu