Avertir le modérateur

18/02/2008

banque, actualité, seniors banque, banque,

a5caa1df8baf5e07cbc016e7e36f9844.jpgLes seniors intéressent les partenaires économiques puisqu'ils représentent à eux seuls des parts de marchés de plus en plus porteuses. Cette population dispose certes, de plus de temps mais pas nécessairement de plus d'argent et là, est la contradiction qui laisse croire, supposer, que les seniors ont un pouvoir d'achat réduit et d'autres profitent au mieux de leur nouvelle vie.

Seniors banque, magazine qui présente des thèmes recherchés au quotidient pas les seniors en quête de comparatifs, de mises en garde orientées vers un juridique, une acutualité sociale, ciblée en fait vers eux et pour eux. Il est sûr que d'ici 2010, le revenu des plus de 60 ans, devrait progfresser deux fois plus vite que celui des autres tranches d'âge. Le mot "vieux" est alors sremplacé, et la démarche est plus louable par le mot "senior".

C'est ainsi que le site seniors banque.fr répond avant tout à la relation que ce consommateur senior a ou peut avoir avec sa banque. Il faut bien prendre en compte que les banques se sont déjà bien adaptées à cette cible en proposant des produits adaptés à leur image docile en terme de placements, exigeante, délégataire mais très bien informée. Elles vont jusqu'à proposer des crédits sans examen médical préalable, sujet des plus délicat, auprès des plus de 60 ansz.

Aujourd'hui le secteur bancaire n'hésite pas à mettre en place des campagnes de communication qui passe par le hors media ou par le marketing direct et qui de ce fait, utilise le téléphone ou internet d'où la mise en place de sites destinés aux seniors. Comment alors les dérives d'identité bancaire ; o* va se situer le professionnaliseme lorsqu'une banque conseille des produits de santé, voyages parrainés par des caisses de retraite entre autres etc.. Certaines enseignes proposent une carte bancaire pour les femme assorties d'agios de découverts moindres et on peut en douter ! Ces établissements bancaires en ciblant les seniors savent que ces mêmes clients sont avisés et que malgré leur forcing sur des produitsi actions à capital garanti par exemple, qui soit disant devaient les protéger entre toute baisse de la bourse, est à revoir, l'acutualité le démontre aujourd'hui.

Alors on ne peut que formuler des réserves sur ces orientations feutrées mais néanmoins pernitieuses. Seniors banque.fr se veut être le magazine d'infos indispensable à la vie des retraités "les seniors du XXI siècle".

C. Bony

acabe.fr

11/02/2008

les banques et le prêt hypothécaire ou le hors la loi des banques

b871e0de5e409bbe87a1e2f5cd3ec40c.jpgEn mars 2006, le législateur met en place la formule du prêt hypothécaire ou crédit hypothécaire et en décembre 2007 le décret est publié, tout est prêt mais les banques ne bougent pas ! Aucune spot publicitaire et dieu sait si elles en sont  des adeptes. Une telle réforme se devait d'être révolutionnaire puisqu'elle constitue une certaine modernisation des garanties hypothécaires "un spécial crédit réservé aux seniors propriétaires". En fait, les garanties s'assouplissent et doivent permettre de concilier propriété et liberté en quelque sorte.

A l'heure où l'on ne cesse de parler de pouvoir d'achat, une telle initiative permettrait à des seniors propriétaires d'emprunter sur la valeur de leur bien et d'améliorer ainsi leur pouvoir d'achat.

Cette réforme de l'hypothèque repose sur deux produits : une hypothèque rechargeable et un viager hypothécaire. L'hypothèque rechargeable consiste pour un particulier à demander à sa banque le rechargement de son hypothèque c'est-à-dire le report de la fraction de garantie libérée par ses remboursements pour obtenir un nouveau financement : la maison, l'appartement et c'est ainsi que le capital principal devient une garantie. L'hypothèque prend alors en compte l'évolution de la vie.

Quant au viager hypothécaire, aujourd'hui la durée de vie est beaucoup plus longue et entraine des besoins nouveaux comme par exemple les dépenses de dépendance. Où trouver l'argent pour financer ces besoins évolutifs ?

De par cette nouvelle disposition, la personne âgée pourrait obtenir un prêt lié à la valeur de son bien immobilier.Rien à rembourser, puisque le remboursement se ferait par la vente dudit bien au décès ou après son départ en maison de retraite. Les héritiers n'auraient rien à rembourser puisqu'au décès le bien serait vendu sauf si ces même héritiers veulent eux-mêmes rembourser le crédit. Une telle formule est très intéressante mais les banques ne sont pas au rendez-vous !

Afin de bénéficier d'un tel crédit hypothécaire il faut avoir acquis un bien immo grâce à un crédit immobilier classique, garanti par une hypothèque. Peu importe que ce bien soit une résidence principale ou secondaire, et peu importe également des conditions de ressources de l'emprunteur.

Toutefois, quelques réserves sont à prendre en compte : ne pas oublier le principe de toute hypothèque qui en cas de difficultés de remboursement dudit crédit, les créanciers sont en droit d'exiger la vente du bien immobilier. Néanmoins, il faut également prendre en compte que les banques devraient prêter à concurrence de 30 % de la valeur vénale du bien donc leur risque est fort limité.

A l'heure actuelle malgré les demandes aucune banque ne veut s'aventurer dans cette formule : les banques n'ont pas la culture de prêter de l'argent sur des personnes à risques.

Mais au fait, il s'agit tout de même d'une loi !

C. Bony

acabe.fr

04/02/2008

banque, actualite, media information et Société Générale, petits porteurs banque

828f277a6800d043bc3b146c93fdbde7.jpgUn peu de recul face à ces informations follement médiatisiées est indispensable pour mieux comprendre cette actualité bancaire provoquée par la Société Générale. Toujours plus d'infos, toujours plus vite transmise, mais au fait, pour quoi dire ? Des medias qui s'intéressent à la banque mais le thème doit être porteur c'est alors que le voyeurisme s'impose : la photo et encore la photo, diffusée et rediffusée et c'est la dérive.

Les déboires de la Société Générale révèlent tout et rien, des informations saupoudrées, on évite l'essentiel "sa propre responsabilité". Elle doit se montrer à la fois rassurante et dégager sa vérité. Serait-ce une télé réalité, certains media en raffolent, un show bancaire pas davantage où sont les figurants, les artistes ? L'information est-elle devenue synonyme de communication ?

Restons clairs le secteur bancaire n'est pas remis en cause dans notre économie mais le citoyen réclame plus de transparence dans ses relations commerciales avec sa banque. Les media en appellent à des experts financiers, boursiers en quelque sorte font de la pédagogie boursière mais aucun représentant de la banque et ce, quelle quelle soit d'ailleurs, nous ne sommes pas dupes, toutes les banques manquent de transparence envers leur clientèle. Une notion toute simple, différencier la banque de dépôt de celle d'investissements car cet amalgame brouille le rôle de chacune de leurs activitiés. Peu de considération sur la masse des "petits épargnants" les écouter c'est reconnaître nos erreurs se disent les cadres de la Société Générale, faisons le dos rond et attendons, c'est vrai qu'avec le temps tout s'efface.

La banque peut-elle réellement écouter ses épargnants : ils veulent des assemblées générales dynamiques avec un contenu plus explicite, ils réclament plus de transparence sur la rémunération de leurs dirigeants, davantage de clarté sur les stocks options, voilà des orientations que souhaitent à une grande majorité l'ensemble des petits porteurs.

C. Bony

www.acabe.fr

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu